They Call me Rico @ Ma ville en fête, Guilherand Granges – le 21/06/13

DSCN1267Dans le cadre des festivités pour clôturer l’année et fêter le début de l’été, la mairie de Guilherand Granges a organisé, tous les soirs durant une semaine des manifestations places des muses sous le nom de « Ma ville en fête ». Je me suis occupée du vendredi et du samedi. Et en cette soirée de fête de la musique, c’est le Québécois Frédéric Pellerin, alias Rico, qui est venu présenter les chansons de son One man Band « They Call me Rico » (dans lequel il chante, fait de la guitare, des percussions et de l’harmonica) accompagné du lyonnais Charlie Glad (claviers et violon), qui joue avec lui lors de sa tournée. Proposant un son blues/folk/country électrique à l’américaine, il a su conquérir le public de la commune qui est venu en masse pour l’occasion. En plus de ses propres compositions, Rico et Charlie ont proposés des reprises des grands standards du blues et ce vibrant hommage à leurs inspiration a su plaire et toucher les spectateurs. Ses compositions sont rythmées, sa voix est puissante, c’est une magnifique découverte à laquelle je ne m’attendais pas. Le public a demandé des rappels auxquels ont fait honneurs les deux musiciens. Venu de Montréal, Rico après ce magnifique show et reparti sillonner les routes de France en compagnie de Charlie pour une petite tournée française.

DSCN1265

 

L’utilisation du Bottleneck est très efficace. La voix de Rico est belle. Très rythmé. C’est une bonne prestation. Le spectateur en prends plein les oreilles et en redemande. Surtout lorsqu’il voit le plaisir prit sur scène par les musiciens.

Rico dévoile ici une autre facette de son talent. Tout à l’heure sa voix était dans la puissance, ici elle est plus dans la subtilité, la sensualité et l’émotion. C’est donc un artiste capable de toucher à tout une gamme d’émotion. Jouant en plus de ça de la guitare, des percussions et de l’harmonica. C’est très époustouflant.

DSCN1305

 

A : Quel était votre projet They call me Rico ?
R : J’ai longtemps été sur les routes avec Madcaps. Ce que je voulais, c’était revenir à du solo, avec comme envie de faire un orchestre de blues À A la base, il s’agit d’un one man band (groupe d’une seule personne), interprétant des reprises, mais aussi des compositions de blues.

A : Quel a été votre parcours musical ?
R : Cela fait une quinzaine d’année que je suis vraiment dans la musique. Avec Madcaps à Montréal, entre autre. Mais depuis trois ans, j’essaye vraiment de me concentrer sur They call me Rico. A Lyon, j’ai rencontré Charlie Glad, qui joue du violon et du piano, du coup on joue ensemble. J’ai enregistré deux albums et là nous allons partir en tournée en France à Saint-Étienne, Vienne, Grenoble… C’est super.

A : Comment avez-vous trouvé le public Guilherandais Grangeois ?
R : Le public est très poli. Il écoute, mais les applaudissements étaient sincères et généreux. Alors je pense qu’ils ont aimé. C’était très sympa ce soir.