Film – Kriegerin (Guerrière), David wnendt, 2011

La pochette du DVD Allemand.

La pochette du DVD Allemand.

Kriegerin est un film allemand de 2011. Le réalisateur est David Wnendt, il s’agit de son premier long métrage. Pour ce film, il n’a choisi aucun acteur connu. Il voulait être réaliste et utiliser de nouvelles têtes, que le grand public ne connait pas, ne pouvait que renforcer le côté réel de ce film traitant du phénomène Néo-Nazi. Le pitch est simple : Marisa est une jeune femme de 20 ans, elle est néo-nazi et déteste les juifs, les nègres et les étrangers. Elle est en couple avec Sandro, un autre néo-nazi et lorsqu’il est envoyé en prison pour diverses agressions, Marisa se retrouve complétement perdue et elle bascule, puisqu’elle renverse deux étrangers. D’un autre côté, nous avons Svenja, une jeune fille de 15 ans, de bonne famille, elle est ce que l’on appelle une enfant modèle. Avec ses lunettes et ses cheveux tirés en arrière. Elle habite avec ses parents et n’est pas néo-nazi. Malheureusement, son beau-père (l’excellentissime Uwe Preuss), est très autoritaire, et Svenja subit cette autorité (son beau-père la rabaisse, la surveille etc.) et sa mère ne dit rien. Un jour, elle rencontre Markus, un néo-nazi de la bande de Marisa qui est employé chez elle comme jardinier et progressivement, elle adhérera à cette idéologie. Et nous voyons dans ce film le croisement de ces deux destins dans le monde très masculin des bandes de jeunes nationalistes d’extrême droite.

Svenja (Jella Haase) et Marisa (Alina Levshin)

Svenja (Jella Haase) et Marisa (Alina Levshin)

Au niveau du casting, comme je l’ai dis, des acteurs très peu connu du public Allemand. Alina Levshin interprète le rôle de Marisa avec brio. Elle est très touchante. Très juste, c’est la révélation de ce film. Svenja, elle, est interprétée par Jella Haase, qui n’est pas mauvaise, mais qui ne perce pas l’écran. Sayed Ahmad Mrowat joue le rôle de Rasul, il fait lui aussi le travail, sans pour autant laisser un souvenir énorme et Gerdy Zint joue le rôle de Sandro, il est lui aussi très très bon, il est convaincant et a beaucoup de charisme. Au niveau des seconds rôle, le seul qui excelle vraiment, c’est Uwe Preuss, un très grand acteur allemand qui encore une fois et hallucinant de réalisme. Dans tous les cas, David Wnendt a veillé à ne prendre aucun acteur qui soit lui-même néo-nazi.

Uwe Preuss est un acteur allemand qui s'est illustré dans plusieurs films un peu connu en France.

Uwe Preuss est un acteur allemand qui s’est illustré dans plusieurs films un peu connu en France.

Kriegerin a reçu de très nombreux prix. Tels que le meilleur scénario pour David Wnendt, le meilleur premier rôle féminin pour Alina Levshin… Les critiques ont également encensé ce long métrage :  « Sensationell ! » écrit  Bild, « Alina Levshin spielt diese Rolle einfach mitreissend » (Alina Levshin joue ce rôle de manière époustouflante) écrit Spiegel Online. etc.

Kriegerin, un film qui montre la place des femmes dans les groupes d'extrême droite.

Kriegerin, un film qui montre la place des femmes dans les groupes d’extrême droite.

Pour ma part, j’ai littéralement adoré ce film. J’ai d’ailleurs réalisé un exposé en Allemand dessus. Si j’ai choisi de vous en parlé, c’est parce que justement il m’a vraiment plu, et je pense qu’il est intéressant de parler de ce genre de film, sans pour autant tout de suite y porter un jugement négatif et non constructifs tels que « le néo nazisme c’est de la merde ». Je pense que c’est grâce à ce genre de film que l’on va plus loin que cela et que l’on peut essayer de comprendre le fondement de ces idéologies, qui peuvent être attirante ou répulsive. Alors certes, Kriegerin n’est pas le premier film a parler du phénomène. Il y a également American History X, This is England, Hooligan (il ne parle pas de néo-nazisme, mais on voit tout de même certains points communs tel que l’effet de bande, la violence, le nationalisme etc.)… Et dans tout ces films on voit un peu le même schéma. Dans un premier temps, ce qui saute aux yeux, c’est l’imagerie, les symboles, à savoir les croix gammées, les croix de fer, les croix celtiques, ou encore le symbole SS, il y aussi des images d’Adolf Hitler, l’aigle impérial etc. qui sont commun à tout ces films et à la réalité. Il y a aussi, les mêmes looks : le crâne rasé, les tatouages, les hommes qui font de la musculation, les doc martins, les bombers etc. La musique est aussi très importante, avec de la Oï musique, des chants racistes, de la musique plus violente…  Car tout ces symboles sont utilisés dans la réalité.

Sandro (Gerdy Zint) et Marisa (Alina Levshin) plus vrais que nature.

Sandro (Gerdy Zint) et Marisa (Alina Levshin) plus vrais que nature.

Mais il y a aussi des points communs dans tout ces films au niveau de la construction de l’histoire. Dans la plupart des cas, le père est absent. On ne voit jamais celui de Marisa, celui de Svenja est violent. Dans American History X, le père de Dereck et Danny est mort, dans Hooligan le père de Matt est absent en permanence et dans This is England, le père de Shaun est mort à la guerre. Dans tout ces films on voit le malheur de ces protagonistes, qui du coup, sont en colère (c’est très impressionnant dans American History X), et cette colère les rendent vulnérables. Et c’est à ce moment là qu’intervient une sorte de guide spirituel qui vient « convertir » à l’idéologie néo-nazi ou du moins à l’appartenance à un groupe nationaliste. Et donc dans tous ces films on a un guide. Dans American History X, il s’agit de Cameron, dans Kriegerin de Clemens, dans This is England de Combo, dans Hooligan (pas vraiment à l’idéologie néo-nazi, puisque ce n’est pas un film portant sur ce thème, mais plus sur la violence et l’effet de bande) de Pete. On a à chaque fois aussi l’arrivée d’une nouvelle personne qui vient bouleverser le semblant d’équilibre trouver par les personnages dans ce genre de bande. Dans This is England il s’agit de Shaun dont on voit la transformation, dans Kriegerin de Svenja, dans Hooligans de Matt et dans American History X de Danny. A chaque fois ces personnages sont jeunes et trouvent un réel réconfort dans les bandes qu’ils rejoignent puisqu’ils se sentent soutenus et appréciés. Un autre point commun, ce sont les bagarres, parfois même des ratonnades et la violence qui est ovni présente. Ensuite, on voit aussi une grosse tendance à boire. Dans tous ces films, on a des personnages qui boivent des bières. Qui fument aussi énormément. Mais il subsiste néanmoins une grosse ambiguïté concernant la drogue. Dans Kriegerin comme dans American History X, la drogue est proscrite. Sandro frappe Markus parce qu’il prend de la drogue. Et dans Amercian History X Dereck dit « La drogue, c’est pour les nègres. » Pourtant, dans This is England, les personnages fument du cannabis, même les plus extrême ce qui sème le trouble concernant le rapport de ces bandes à la drogue. On a également à chaque fois une ennemi, qui n’est pas le même puisque ces films n’ont pas forcément lieux dans les mêmes pays. Dans American History X, ce sont les noirs américains, dans This is England les pakis, dans Hooligan les supporter des autres clubs et dans Kriegerin les asiatiques, mais surtout les afghans.Enfin, on voit aussi dans ces films une « sentence finale » que je ne développerais pas, pour la simple et bonne raison que si vous n’avez pas vu ces films (qui sont excellent), gâcher la fin serait dommage. Ce qui montre bien, malgré cette envie de réalisme commune à tout ces films, une morale assez marquée.

Marisa (Alina Levshin), dans un train pour une ratonnade.

Marisa (Alina Levshin), dans un train pour une ratonnade.

Néanmoins, Kriegerin se distingue par bien d’autres aspects, car même s’il y a de nombreux points communs entre ces films, tous sont différent. This is England est du point de vue d’un enfant, American History X d’un homme sortant de prison ayant mûri, Hooligans du milieu du foot et enfin Kriegerin, du point de vue des femmes, ce qui, jusqu’alors n’avait pas été vu. Pour cela, David Wnendt a fait beaucoup de recherches, a recueilli des témoignages, ce qui apporte une réelle authenticité à ce film. Ce qui est également remarquable, c’est la réalisation. Tout au long du film, les images, décor, sont très belles, de très nombreuses scènes se déroulent dans la nature, à la plage, on voit de grandes étendues vertes très colorée et très jolies, on voit aussi beaucoup d’éoliennes (qui sont très nombreuses en Allemagne), ce qui renforce le contraste entre la beauté des paysages et la violence des personnages. Toutes les scènes sont courtes et le rythme est très rapide, ce qui rend le film très intensif. On a l’impressions que l’étau se resserre autour des personnages, qu’ils ne peuvent reculer et les scènes de doutes, sont les plus longues (quoiqu’elles restent courtes comme le plan séquence sur les larmes de Marisa.)

kriegerin4

Ce plan séquence met en lumière l’incroyable réalisme et talent d’Alina Levshin.

Tout au long du film, la musique tient une place très importante. Comme pour les acteurs qui ne sont pas néo-nazi, David Wendt n’a pas prit de la musique existante, dans un besoin de détachement et de recul. Johannes Repka a ainsi composé toute la bande son, allant des musiques d’ambiances tels que le motif à la guitare qui revient tout au long du film, aux morceaux musicaux écoutés par les personnages, qui reprennent les mêmes procédés que celles composés par les véritables groupes néo-nazi, à savoir de grosses guitares, du chant presque crié et surtout des paroles équivoque tel que « Reloaded reloaded, Holocaust reloaded ». Et ce travail agit sur le spectateur qui du coup est encore plus plongé dans la violence de ce milieu. Les rôles des personnages sont très charismatiques, l’usage d’acteurs inconnus du grand public ajoute au réalisme constant du film, et la langue colle elle aussi à cette violence. Le vocabulaire est violent, il y a beaucoup de gros mots, dont le plus récurrent est « Verpiss dich » (= casse toi/ va te faire foutre). Enfin, il y a aussi des nombreuses subtilités très intéressante à étudier. Svenja au début du film porte des lunettes et a les cheveux très tirés. Et plus elle plonge dans le néo-nazisme, plus elle se dégrade : elle détache ses cheveux et enlève ses lunettes. Elle se révolte contre ses parents, elle emprunte des vêtements à Marisa etc. Le retournement de situation se met lui aussi en place progressivement : Marisa met des pansements sur ses tatouages, et elle fini par carrément enfiler une robe. On a aussi la présence de cet espèce de rite de passage pour entrer dans la communauté lors de fêtes de la bande.

Svenja finira par accepter d'entrer dans le groupe pour se sentir comprise, car elle déteste ses parents, allant jusqu'à se proclamer "orpheline" sur internet.

Svenja finira par accepter d’entrer dans le groupe pour se sentir comprise, car elle déteste ses parents, allant jusqu’à se proclamer « orpheline » sur internet.

Ainsi, je conseille vraiment ce film à tous. Il est certes violent, mais je le troue très touchant. On voit la difficulté de ces jeunes ce qui les rends humains. On peut se mettre à leur place, comprendre les raisons de cette violence et de cette haine. Je pense que c’est ce qui fait de ce film un très bon film sur le thème. Comme les autres que j’ai cité. On apprend des choses, on réfléchi. C’est le genre de film dont on ne sort pas indemne et il peut permettre de faire évoluer les mentalités. Ce réalisme est assez époustouflant et c’est un premier long métrage de génie que nous offre ici David Wnendt. Et ce qui rend ce film encore plus fort, c’est aussi sa manière de vraiment coller à l’actualité. C’est pourquoi il était important pour moi d’en parler. Mais la seule question que je me pose… C’est à quand ce genre de film en France ?

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s